Line-up 2022

Vous l’avez suffisamment attendu ! Nous avons bataillé pour vous offrir, encore une fois, une volée d’artistes talentueux et renommés !

Vous ne serez pas déçu, nous vous le garantissons !  

Le vendredi 9 septembre

Mister Cover

Josy and the Pony

Les Gauff'

Tête d'affiche du samedi 10 septembre

Hooverphonic with Orchestra

John L.

Manu Lanvin

VENDREDI 9 SEPTEMBRE

Josy and the Pony

Josy & The Pony est le side-project de Josette Ponette avec des membres du surf-band THE PONEYMEN qui reprennent des titres de leur propre répertoire en version « pas surf du tout » avec, en guests, des (ex-)membres de Squarcicatrici, L’Enfance Rouge, Spaguetta Orghasmmond, Theeunforseen, Sweek… « Josy & The Pony, c’est l’union entre les pires représentants des musiques rurales anticonformistes anciennes et une « chanteuse » qui n’en a vraiment rien à cirer des conventions musicales actuelles. Aficionados du bon goût, s’abstenir! » 

«Anticonformiste, inclassable et inexplicable, cette écurie aux accents yé-yé n’en a vraiment rien à cirer des conventions musicales actuelles. » – (Radio Vostok Genève)
« Les poneymen et leur ponette ont des accents yé-yé (…), des guitares surf/Shadows, des textes pop sexy, des interludes gratuits et des refrains contagieux. » (★★★ – Didier Stiers, Le Soir du 21 février 2017)
« Malicieux, ironique, Hippodrone Club enfourche les références avec l’avidité d’un jockey dopé au viagra » (Nicolas Alsteen, Larsen, mars-avril 2017)
« (…) musicalement, on chevauche sans scrupule dans le surf rétro et le punk stylé, avec le chant juvénile de Josy & The Pony qui profère des textes au surréalisme salvateur » (★★★★ – François Becquart, MusicInBelgium)
« Impossibile non amarli alla follia » (★★★★ – Alessandro Rossi, Rocklab)
VENDREDI 9 SEPTEMBRE

Les Gauff'

Après la tournée des 25 ans qui s’est clôturée par un concert d’anthologie devant plus de 1500 personnes au Forum de Liège, Nos Gauff’ liégeoises reprennent du service dans l’espoir de sillonner à nouveau les routes pourl’été 2022.

Pour sortir de cette crise, les plus grands de ce monde ont une fois de plus dû faire appel à nos gais lurons pour en enrayer définitivement la pandémie et rendre à la population ce qu’ils attendent depuis si longtemps : Le goût du rire et le sens de la fête !

 

ZE DECONFI’TOUR (de taille) est prêt ! 

Une tournée qui comme  d’habitude offrira un florilège des plus grands succès du groupe mais aussi quelques nouvelles chansons, des clips, des surprises et du rire.

Et toujours cette même volonté singulière de passer du bon temps avec un public aussi fidèle qu’un épagneul breton près de son maitre !Sautez, chantez, riez ! Mesdames et mesdames, Pol Boubiet, Marcel Teugels, Willy Péters, Francis Joskin et D.J. Didjé sont de retour plus en forme que jamais…

VENDREDI 9 SEPTEMBRE

Mister Cover

Depuis 2002, Mister Cover, le groupe belge spécialisé dans les reprises, parcourt les quatre coins du royaume. Durant toutes ces années, le Band n’a eu de cesse d’enchanter par ses concerts énergiques et festifs un public de plus en plus nombreux. 

Mister Cover, propose un voyage dans l’univers du rock, de la soul, de la chanson française et de la pop des années 50 à nos jours. Le groupe reprend les plus grands succès d’artistes et de formations légendaires tels que les Beatles, U2, Police, Katy Perry, les Blues Brothers, Lenny Kravitz, les Rolling Stones, CloClo, Rihanna, Daft Punk, Queen, les White Stripes, Téléphone, Bob Marley, Pink Floyd, Ray Charles, Jean-Jacques Goldman, Coldplay, Madonna… Bref, il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges et pour chaque génération.

En quelques années, Mister Cover est devenu une référence majeure parmi les groupes belges de reprises. Des petites places de villages, aux grands rassemblements populaires, des soirées events, aux actions citoyennes, le groupe fédère et rassemble toutes les générations. 

Après avoir rempli 5 fois l’Ancienne Belgique et deux fois Forest National, Mister Cover reste focalisé sur son identité et sur son unique objectif : mettre le feu !   

Mister Cover… pour (re)vivre des émotions originales !

SAMEDI 10 SEPTEMBRE

John L.

Comme le temps passe ! Difficile de croire que six années ont passé depuis la sortie du premier album de John L « Bring Me Home ». Durant ce laps de temps conséquent, le chanteur/guitariste liégeois ne s’est heureusement pas contenté de regarder l’eau couler sous les ponts de la Meuse. À la tête du trio qui porte son nom, il a enchainé les concerts et assuré quelques premières parties prestigieuses en ouvrant, notamment, pour Uli Jon Roth (ex-Scorpions), Blaze Bayley (ex-Iron Maiden, ex-Wolfsbane), Graham Bonnet (ex-RainbowMSGAlcatrazz), Vinny Appice (ex-Black SabbathDio), et bien d’autres encore. John L a également pris part à la résurrection de Steelover, l’un des rares fleurons du Metal Wallon des eighties, au sein duquel officiait, Ruddy Lenners (NDR : qui  fut le batteur des Scorpions sur les classiques « Virgin Killers » [’76] et « In Trance » [’75]). De manière plus anecdotique, l’ami John a également fait un passage (bref mais remarqué) sur le petit écran, dans le cadre du télé-crochet « The Voice », au cours duquel il a régalé l’assistance d’un sublime « Whole lotta love » (Led Zeppelin).

À l’instar de la plupart des musiciens de la planète, John L a profité du surplus de temps libre offert par la pandémie pour retourner à la composition et nous concocter un nouvel album. Intitulé « Heavy Calling », ce dernier est disponible depuis quelques semaines

Comme il l’avait fait sur sa plaque précédente, John L propose une jolie collection de chansons Hard & Heavy mélodiques et intemporelles. Toujours proche de celui de Klaus Meine, le chant du Liégeois fait à nouveau vibrer les cordes sensibles du fan de Scorpions que je suis. Celles et ceux d’entre vous qui ont définitivement renoncé à la distanciation sociale et qui aiment se déhancher langoureusement en duo, peuvent tester la version 2.0 de la superbe ballade « Holy Mary », qui, si on lui offrait un matraquage radio adéquat, pourrait très bien déloger « Still Loving You » de son piédestal.

SAMEDI 10 SEPTEMBRE

Manu Lanvin

Fils de l’acteur Gérard Lanvin, Manu Lanvin c’est… Cent vingt dates de concerts en 2013 avec des scènes prestigieuses en Europe comme aux Etats-Unis (L’Olympia, L’Apollo Theater, le Montreux Jazz Festival, le Cahors Blues Festival, Le Cognac Blues Passion…), une invitation conjointe de Claude Nobs et de Quincy Jones à venir se produire à New York lors des galas de la Jazz Foundation of America, une sélection pour représenter la France à Memphis lors de l’IBC (International Blues Challenge) en 2014 et finalement le Prix Cognac Blues Passions obtenu en juillet 2015.  Dans cette tournée infernale, le Devil Blues trouvera le temps de produire en 2014 le génial « SON(S) OF THE BLUES » qui conserve en lui une grande partie de l’héritage musical du Sud des États-Unis et de la Highway 61.

Acclamé par un public de plus en plus nombreux aux concerts du « Diable » et salué par ses pairs, comme Paul Personne qui le rejoint régulièrement sur scène ou comme Johnny Hallyday qui l’invite à assurer ses premières parties, Manu endosse parfaitement le costume du Bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie tout en restant un rocker optimiste qui prône la musique du diable pour un monde meilleur.  

SAMEDI 10 SEPTEMBRE

Hooverphonic with Orchestra

Après deux séries de concerts à guichet fermé dans la Salle Reine Elisabeth, Hooverphonic remonte sur scène accompagné d’un orchestre pour la première fois depuis cinq ans. Au printemps 2022, Alex Callier, Raymond Geerts et Geike Arnaert présenteront leurs plus grands tubes et leurs derniers morceaux en version orchestrale le vendredi 21 janvier 2022 au Capitole de Gand.

 

En 2012 et en 2016/2017, le groupe s’était déjà produit avec un orchestre sur la scène de la Salle Reine Elisabeth à Anvers. Alex et Raymond voyaient ainsi se concrétiser un véritable rêve de jeunesse. Les tickets pour cette série de concerts ont été vendus en un temps record et celles et ceux qui étaient de la partie ont certainement encore des frissons lorsqu’ils y repensent. Cette fois-ci, dans les salles belges, c’est avec un orchestre de vingt musiciens qu’ils interpréteront en live leurs nombreux enregistrements studio pour les magnifier. Avec Geike Arnaert, la voix emblématique du groupe à nouveau au chant – avec brio – depuis novembre 2020. Les chansons et la musique seront à l’image de ce qu’ils étaient lorsqu’ils ont été écrits : diversifiés, cinématographiques, imposants, mélancoliques, majestueux et toujours entraînants.    

Hooverphonic sort volontiers des sentiers battus. Leur musique, très personnelle, se reconnaît d’emblée depuis vingt-cinq ans déjà. Le producteur et compositeur Alex Callier et le guitariste Raymond Geerts sont l’épine dorsale du groupe depuis ses débuts. Au fil des ans, ils ont collaboré avec une foule très diversifiée et toujours talentueuse de chanteurs et chanteuses, mais ils sont fous de joie d’avoir retrouvé Geike Arnaert, qui est pour beaucoup encore LA voix de Hooverphonic. Année après année, la musique du groupe a évolué, le trip-hop sombre et froid de leur premier album (1996) faisant place à des sonorités plus chaudes et plus orchestrales. Hooverphonic flirte parfois avec le psychédélique et leurs morceaux sont tantôt entraînants, tantôt plus pop. Mais une chose est sûre, on croit toujours entendre la bande originale d’un film qui n’existe pas.   

 

Voir Hooverphonic en concert, c’est vivre une expérience sans nulle autre pareille. Un événement incontournable.